Soutenance de Thèse de Doctorat en économie de Loïc Wojda

Soutenance de thèse Autres
08 oct. 2019 14:00 - 14:00

Bonjour à toutes et tous,


J'ai le plaisir de vous annoncer la soutenance de ma thèse de doctorat en économie intitulée:


L'émancipation paysanne: une redéfinition du travail, de la consommation et de la richesse.

Penser les reconversions professionnelles vers l'agriculture paysanne avec Pierre Rabhi et au-delà. 


Elle se tiendra le mardi 8 octobre à 14 heures dans la salle des conférences de la Faculté des Sciences économiques et sociales (bâtiment SH2) de l'Université de Lille (Villeneuve d'Ascq, station de métro Cité Scientifique Professeur Gabillard, ligne 1), devant un jury composé de :


Estelle DELEAGE, Maître de conférences à l'Université de Caen - Examinatrice

Marc HUMBERT, Professeur émérite à l'Université de Rennes - Rapporteur

Florence JANY-CATRICE, Professeure à l'Université de Lille - Examinatrice

Dominique MEDA, Professeure à l'Université Paris-Dauphine - Rapporteure 

Richard SOBEL, Professeur à l'Université de Lille - Directeur de thèse


La soutenance est publique et sera suivie d'un pot auquel vous êtes cordialement invité-e-s. Afin d'en faciliter l'organisation, merci de m'indiquer votre présence à cette adresse : loic.wojdatagadagmailtsointsoincom 


Résumé de la thèse :


La disparition des paysans est longtemps apparue comme un acquis de l'histoire dont il fallait se réjouir. Comment pouvait-il en être autrement dès lors que l'agriculture paysanne était perçue comme un symbole d'arriération? La fin des paysans n'était-elle pas le signe d'une modernisation économique attendue depuis des siècles? Pourtant, derrière son apparente évidence, il se pourrait bien que ce diagnostic ait été en réalité profondément erroné. Contre toute attente, il est en effet possible d'observer l'émergence d'un mouvement de renouveau de l'agriculture paysanne qui tend à redevenir une activité valorisée et attractive. Au point que certains n'hésitent pas à abandonner des carrières parfois prometteuses pour se lancer dans un changement de vie radical et devenir paysan. Mais comment comprendre ce retournement pour le moins inattendu? Comment saisir la signification historique de ce phénomène qui remet en question tant de prédictions prétendument expertes? S'agit-il d'un phénomène conjoncturel ou structurel? D'un accident regrettable ou d'une promesse d'un avenir désirable?

L'une des réponses les plus originales à cette question est sans doute apportée par Pierre Rabhi. Selon lui, devenir paysan est une manière de redonner du sens à sa vie en s'émancipant d'un style de vie consumériste qui s'avère décevant pour découvrir les joies oubliées du style de vie paysan. Loin d'être une regrettable régression, le renouveau de l'agriculture paysanne est donc porteur d'un progrès éthique puisqu'il permet de renouer avec une vie heureuse qui se dérobait jusque là. Mais, aussi intéressante soit-elle, cette idée n'est qu'esquissée par Pierre Rabhi et elle demeure en l'état soumise à d'importants problèmes empiriques et analytiques qui limitent sa portée. Tout l'enjeu de cette thèse est dès lors d'explorer et de développer cette idée d'un dépassement paysan du consumérisme qui parcourt l'ensemble de l'œuvre de Pierre Rabhi sans jamais être réellement approfondie.

Pour y parvenir, nous commençons par retracer les grandes lignes du renouveau de l'agriculture paysanne tout en le resituant dans le contexte de crise de la société de consommation. Une fois ces premières pierres posées, nous adoptons une démarche de théorisation ancrée prenant appui sur une enquête consacrée aux reconversions professionnelles vers l'agriculture paysanne. Cela nous permet de repartir des notions développées par Pierre Rabhi pour les étayer à la fois empiriquement et analytiquement. La notion de sobriété heureuse est ainsi précisée grâce à la mise en évidence de l'autolimitation paysanne des besoins matériels et des nombreuses richesses existentielles produites par le travail paysan. Quant à la notion d'insurrection des consciences, elle est approfondie grâce à l'élucidation des épreuves qu'un tel changement de vie suppose de traverser et des supports mobilisés pour triompher de ces épreuves. Au final, cette thèse peut donc être lue comme une tentative de prolongement scientifique de la réflexion éthique de Pierre Rabhi. 


Cordialement,


Loïc Wojda

0619147709

Doctorant en Sciences économiques

CLERSE - UMR CNRS 8019

Université de Lille 

59 655 Villeneuve d'Ascq Cedex


Tweeter Partager sur Facebook Google +